© Tous droits réservés

© Tous droits réservés 2009-2016
Pour toute demande d'autorisation de reproduire les documents ou les photos communiquez avecmailto:voiliersubtil@live.ca



lundi 30 juillet 2012

Sur deux petites roues au bord de la mer


30 juillet – Rimouski/Sainte-Luce-sur-mer/Rimouski – 32 km. de vélo. Soleil.

 Une journée à quai pour Subtil, l’Équipage pédale. On en profite pour faire les touristes à vélo. La piste cyclable le long du fleuve est une belle invitation à se dégourdir. Après quelques jours de hamac, l'exercice est la bienvenue.

Pédaler au bord de la mer c'est s'accompagner de l’odeur des algues, la couleur des épilobes, la mer calme, les maisons fleuries…une belle façon de passer une journée sans vent!

En route, le Capitaine s’est arrêté visiter le sous-marin ONONDAGA à Pointe-au-Père, pendant que l’Amirale observe,contemple, photographie...

 Le village de Sainte Luce est très pittoresque et joli. Aujourd hui un grand nombre de gens, de tous âges, de tous gabarits, étaient à la plage. À voir les enfants se baigner dans la mer, on s’est dit qu’elle ne devait pas être trop froide. On s’est donc risqué... "Très confortable"

De retour à la marina on retrouve l’Équipage du SEDNA II et discutons plan de navigation pour les prochains jours! De notre côté on devrait traverser sur la Côte Nord et explorer de nouveaux ancrages avant de se diriger vers le Saguenay...à suivre

dimanche 29 juillet 2012

Séjour à l'Anse


27-28 juillet – Anse à l’Orignal, Iles du Bic – 48,24`12``N/68,47`00``. Le Fleuve est comme un miroir. On retrouve avec plaisir la vie à l’ancre sous le soleil et le vent léger. Coucher dans le hamac, on entend les phoques revendiquer une roche le temps de la marée basse. Au large le souffle d’un petit rorqual se fait entendre.
Dans cet environnement, les équipages de Sedna II et Brigadoon nous rejoignent.  

 Le lendemain, Marie et Yves, en vacances dans la région, viennent luncher à bord. On les voyage en dinghy entre la rive du parc et le voilier, tout discrètement (mis à part l'épisode des rames hihihi). C’est que la SEPAQ a établi une zone de protection et demande qu’on évite de circuler dans l’anse.

Pourtant tous les guides nautiques recommandent l’endroit pour sa bonne tenue et sa protection contre les vents du secteur Ouest. En fait, c'est l'un des rares ancrages du Bas Saint-Laurent.

On reçoit aussi l’équipage du Sedna II pour un « happy hour ». On boit notre dernière Kalik des Bahamas!
C’est tellement agréable de partager cette sensation de « vivre à bord au large », vivre dans la tranquillité de ce mouvement fluide.

Avec le courant...faute de vent!


26 juillet. Soleil. Cap à l'Aigle/Le Bic.72mn. 9h - 17h30. GV et Genois.Vent arrière mais surtout courant avec nous (vive l Atlas des courants du Saint Laurent). Entre Cap à l Aigle et le Bic, il suffit d être au bon endroit au bon moment et c'est le courant qui nous mène. Subtil a filé à 10 nds sous voile seulement!

Belle navigation qui nous a menés le long des caps du Port au Saumon,

à la traverse de Ile au Lièvre, contourner l'Ile du Pot de Eau de vie,

le long de Ile Verte , au large de Ile Rouge,  au nord de l Ile aux Basques, au sud des Iles du Bic dans la baie sous le Cap de l'Orignal.

Sur la route on a croisé plusieurs troupeaux de Bélugas, un petit rorqual et quelques phoques.
Le Bic est l'un des sites du Bas du Fleuve où les couchers de soleil sont WOW!


mercredi 25 juillet 2012

Du Havre Au Refuge


25 juillet 2012 - Du Havre de Berthier au Refuge de Cap à l'Aigle - 53mn - vent léger - 9h à 16h .

Nous avons navigué ce matin en longeant Ile aux Grues puis l'Ile aux Oies, avec arrière fond les Caps de Charlevoix. Puis en après-midi, nous avons suivi le chenal du sud et la traverse Saint-Roch. Subtil a atteint une vitesse de croisière record de 13nds!!! Même dans le Gulf Stream on n’avait pas filé si vite.

À la jonction du chenal sud et du chenal nord, on a observé nos premiers Bélugas. Magnifiques! Après avoir côtoyé les marsouins de l'Intracostal Waterway, les dauphins des Bahamas, on s'émerveille autant à la vue des mammifères marins du Saint-Laurent.

Ces paysages sont sans aucun doute parmi les plus beaux que l’on connaisse : Baie Saint-Paul, La Malbaie…

 Arrivé au port de refuge de Cap-à-l’Aigle, on a retrouvé nos amis de Sedna II, Brigadoon et Goliath. C'est toujours un plaisir de nous revoir, partager des potins de navigation et se dire à bientôt...

mardi 24 juillet 2012

Destination Bas Du fleuve


23 juillet – Portneuf/Berthier-sur-mer – 54mn – vent léger SW – Départ 11h Arrivée 18h30.

Nous voici de nouveau en navigation sur le Saint-Laurent. Ce lundi matin, la température est très chaude et humide, un temps instable.  On quitte notre marina avec nos amis du Sedna II.

Malgré les avertissements météo, on décide d’avancer en surveillant le ciel et les formations orageuses sur le radar. Il y a peu de vent mais le courant d’au moins 3nds nous pousse allégrement. Sous les ponts Subtil atteint 11 nds...

...et entre l Ile d Orléans et la Côte Sud on maintien une allure de plus de 8nds.
On revoit avec plaisir ce paysage des caps de Charlevoix et de l'archipel des Iles de Montmagny.
Ce n’est que tard dans la nuit, alors qu’on était bien amarré à la marina du Havre de Berthier que le coup de vent et la pluie sont passés.
Ce matin, mardi, il fait beau mais on est un peu tard pour la marée. On attendra demain pour se diriger plus à l’Est.

lundi 9 juillet 2012

7,14,28 jours après...

18 juin : Une semaine que nous sommes de retour à Portneuf. Dieu a peut-être créé le Monde en 7 jours…mais il nous en faudra pas mal plus pour revenir du Paradis.


9 juillet : Quatre semaines que nous sommes de retour! Nous le confirmons, le retour se fait à la vitesse d’un voilier sous voile.
Depuis un mois on a dormi plus de nuits dans notre cabine que dans notre lit. On a dîné plus souvent dans le cockpit que sur le patio! C’est pas qu’on n’est pas bien à la maison…c’est qu’on a encore un pied marin. On se donne le temps de réapprendre à marcher sur la terre ferme. On compte prendre le temps qu’il faudra pour "amarrer".


À la maison...on y entre en mode adaptation! Une chose à la fois...j ai senti le parfum de mes pivoines, j ai cueilli des roses et j ai pris un bain. Difficile à s'imaginer que c'est déjà fini! On se réveille le matin en se demandant si on est à quai ou à l'ancre...on est au lit dans une maison de 2 étages!!! avec 2 salles de bain...OUF que c'est grand!
Je me tiens au jardin! Je trouve tellement beau tout ce vert et ces fleurs qui m'entourent. On a suspendu un immense drapeau des Bahamas sur la corde à linge comme pour chanter au vent "on y est allé et on est revenu".

En fin de journée, je me suspends dans le hamac sous le chêne pour regarder le coucher du soleil…sur les montagnes!
Puis sans aviser, nous larguons les amarres sans destination, aux grés des vents et des marées. Depuis le retour, nous avons navigué vers Batiscan, vers Neuville et fait une virée à Québec(Lévis). La navigation sur le fleuve est  unique avec ses courants, ses marées, l’influence de ses côtes, les coups de vent, la formation de la vague, le passage des cargos (proche- proche), ses battures et ses chaînes de roches. C’est différent! C’est aussi pour cela qu’on a fait le voyage dans le Sud, pour vivre autre chose. Et de retour sur le Fleuve, on retrouve les origines de notre passion de la voile.
Depuis un mois on a revu notre monde. En moins d’un mois on a participé à près d’une dizaine de fêtes et retrouvailles avec les amis et la famille…et ce n’est pas fini!
En effet, on n’a pas fini de revenir! On n’a pas fini de raconter ce périple au paradis! Là-bas, l’important est la présence de la mer…et moins d’activités humaines. La vie est en mode « slow boat ». Là, on avance lentement. On a tout notre temps pour s’imprégner du paysage. On vit dans l’éternité du temps présent. On le confirme, partir en voilier sur les mers du Sud c’est la grande liberté, c’est la grande joie. Tout dans la nature de la mer est rythme. Et on n’a d’autre choix que de vivre dans son mouvement, d’apprendre l’art de la tranquillité et de regarder la beauté.

Vivre à deux sur un voilier de 29 pieds, c’est aussi un voyage : Un voyage de proximité, de rapprochement, de découverte. On forme dorénavant une équipe qu’aucune tempête sur terre ne pourra secouer.

Aux gens qui nous disent : « Enfin de retour! »  On répond : « Pas déjà! »

Pour ceux qui se préparent à partir : Même lorsqu’on vit intensément le moment présent…le temps passe! Le voyage n’est pas que la destination…c’est aussi le retour!

Aux gens qui nous disent : « Le referiez-vous? » On répond : « Oui! »